Le choc des gitans

11/12/2017

En ce lundi 11 décembre, sous un blizzard Alsacien digne du cercle Polaire, la grande alliance Storks /Sciencespo (Strohteam) a défié l'équipe de l'UDS. 

Le coup d'envoi sonne à 20h10min36sec. La réception est pour la strohteam et notamment le talonneur, Raphaël Jacquemin, réceptionne le ballon et vient percuter la ligne adversaire du haut de son quintal bien garni. La poussée Strohteamoise est violente et le ballon glisse sous le vent du Grand-est. Cependant la gravité terrestre est, ce soir-là, bien plus importante que d'habitude et le ballon échappe des mains des arrières de la Strohteam et, soudain, un joueur de l'UDS vient planter un essai....les cris des faqueux résonnent au-dessus du stade des cheminots....

La strohteam, la tête haute, revient sur la ligne des 50 mètres et botte sur l'UDS. Sur une ligne de défense forte, la Strohteam résiste aux attaques répétées du numéro 2 et du numéro 6. La balle est regagnée et le capitaine vient détruire la ligne de cochons de l'UDS. Dans sa course digne d'un guerrier Spartiate, Louis Lemaire, capitaine, se blesse et sort. C'est un coup dur pour l'équipe mais celle-ci reste soudée et construite. Le deuxième blessé ne se fait pas tarder, un deuxième ligne du nom de Baptiste, également connu pour sa consommation importante de Picon bière.

Le sifflet annonce la mi-temps.

La strohteam revient plus forte que jamais et montre qu'elle ne sait pas que brasser des k€. Les plaquages s'enchaînent et l'UDS recule, recule, recule tellement qu'elle finit sur la corniche de Marseille. L'essai semble naturel et est posé par Alexandre, 2è centre. L'arbitre n'étant malheureusement pas au plus près du jeu refuse l'essai et une mêlée à 5 mètres est donnée à la Strohteam.

Une nouvelle fois le ballon file sur les arrières jusqu'à l'ailier connu de tous, le petit mais grand par ses performances, Mayeul Chollet. Celui-ci se fait plaquer à 10 mètres de l'en-but. Une nouvelle fois le Jacquemin le suit et percute une nouvelle fois la ligne d'avant et rampe jusqu'à la ligne d'essai. Et encore une fois l'essai est refusé car ce grand con était dans le même axe que le précédent ruck.

Malgré un effort important des avants de la Strohteam pour garder les joueurs de l'UDS dans leur propre 22 mètres, les faqueux traversent tout de même le pack de 832,5 kg. Faut dire que c'était des gros lards les mecs de l'UDS.

Les percées sont continuelles et les plaquages de plus en plus intensifs. Les insultes sont réservées aux voyous et le rugby est un sport de gentlemen, donc cela se règle au contact. Et visiblement Jacquemin était assez énervé et réalise une percée où 4 joueurs de l'UDS se retrouvent à terre, plutôt massif ce cochon. Cette volonté au combat des joueurs de la Strohteam est due aux touches ratées qui ont pour cause le souffle du vent. Et faut dire que le talonneur était à chier.

À deux minutes du coup de sifflet final, les arrières envoient quelques crochets et réalisent des passes vrillées, doublées, triplées, sautées et bouuuuuuuuuummmmmmmmm enfin l'essai !!!!!!!!!!!!!!!!

Le score final reste médiocre pour la Strohteam (33-5 en notre défaveur) mais ils ont montré leur résistance et leur volonté de garder la tête haute. Leurs erreurs sont maintenant connues et leur prochain match sera trépident pour cette équipe dont le nom est un alcool à 80 degrés, tout comme la température de leur sang.

Ils n'ont tout de même pas hésité à rentrer au vestiaire en faisant l'hélico avec leurs pénis et en chantant des chansons payardes.

Bisous.